VIH : Le dépistage est l'enjeu majeur des prochaines années, selon Florence Thune, DG de Sidaction

Malgré la diminution du nombre de décès du VIH, les progrès en termes de traitements et de prévention, seul un dépistage beaucoup plus massif des populations permettra d’endiguer la propagation de l’épidémie, selon Florence Thune, directrice générale de Sidaction, qui décrit les prochains grands défis de la lutte contre le sida, au lendemain de la clôture de la Conférence de Paris qui a réuni 6000 experts internationaux.

Florence Thune, directrice générale de Sidaction.

Sommaire

  1. Les personnes sous traitement ne sont pas contaminantes
  2. Le dépistage, l’enjeu majeur des prochaines années

Les personnes sous traitement ne sont pas contaminantesParmi les avancées majeures présentées lors de la conférence internationale sur le Sida, on retiendra la confirmation que les personnes séropositives sous traitement (soit 80% des 150.000 malades en France) ont un risque quasi nul (96%) de contaminer leur partenaire. “C’est un grand changement dans la vie des personnes qui vivent avec le VIH“, constate la directrice générale de Sidaction, Florence Thune.À défaut de trouver un vaccin fiable à 100%, “nous avons un nouvel outil, une combinaison d’antirétroviraux (Truvada), en plus du préservatif qui permet de participer à la chaîne de prévention“, s’enthousiasme Florence Thune, arrivée à la tête de Sidaction le 16 mai dernier, qui vient de participer à la Conférence de Paris, réunissant 6000 experts internationaux de la lutte contre le VIH.Malgré cette avancée majeure, les associations de malades déplorent la réticence des médecins, frileux quant au fait de faire passer ce message auprès de leurs patients, pourtant “déterminant pour garantir la santé des personnes séropositives et casser la chaîne de transmission du VIH“.Pour faire tomber les idées reçues encore tenaces – 22% des Français pensent que l’on peut être contaminé par le virus du VIH malgré le port du préservatif -, “il faut que les personnes séropositives soient plus visibles et témoignent, martèle Florence Thune. Les gens auraient une image moins mortifère de la maladie et banaliseraient moins leur comportement“, selon elle.Le dépistage, l’enjeu majeur des prochaines annéesL’association de lutte contre le Sida a constaté sur le terrain une lassitude des jeunes quant au port du préservatif, ce qui expliquerait le manque d’impact des campagnes de sensibilisation. “S’ils l’utilisent au premier rapport, ils l’abandonnent ensuite. Chez les jeunes homosexuels, c’est la stigmatisation et le manque d’estime d’eux-mêmes qui relégueraient la santé au second plan. D’où l’importance de renforcer l’éducation sexuelle dans les collèges et lycées“, souligne Florence Thune.Mais les jeunes ne sont pas les seuls à adopter des comportements à risque. Contrairement aux idées reçues, 20% des nouveaux diagnostics en France concernent des personnes de plus de 50 ans, une catégorie qui a tendance aussi à banaliser le VIH, au moment de refaire sa vie, par exemple.”Quand on est dépisté tôt et que l’on accède dans la foulée à un traitement, l’espérance de vie est équivalente à une personne séronégative“, insiste Florence Thune. Dans les faits, le dépistage est encore trop faible. 25% des nouvelles personnes diagnostiquées en France sont dépistées très tardivement, environ 7 à 8 ans après, et présentent des immunités très faibles.Ainsi, le dépistage constitue le défi majeur de la lutte contre le VIH des prochaines années, en France, mais aussi dans les pays de l’Europe de L’Est. La situation y est catastrophique, avec un nombre de cas qui augmente de 10% chaque année, tandis que les financements nationaux et internationaux de la recherche sur le VIH diminuent.D’après Florence Thune, les prochaines missions de prévention vont cibler en priorité les populations les plus fragilisées vis-à-vis du VIH, surtout les migrants et les prostituées éloignées géographiquement des centres-villes qui acceptent des rapports non protégés pour des raisons économiques. C’était l’objet de la rencontre avec le président de la République Emmanuel Macron qui a reçu les associations de lutte contre le Sida lundi 24 juillet et devrait faire des annonces dans les prochains jours.

0 thoughts on “VIH : Le dépistage est l'enjeu majeur des prochaines années, selon Florence Thune, DG de Sidaction”

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *