Pokemon GO fait bouger… mais pas plus de 5 semaines

Pokémon Go améliore l’activité physique chez les jeunes adultes, mais l’effet est modéré et transitoire, selon une étude publiée dansl’édition de Noël du British Medical Journalqui offre son traditionnel lot d’études humoristiques ou insolites.

Pokemon Go permettrait aux jeunes adultes d'augmenter leur activité physique… mais de manière transitoire.

Téléchargé plus de 500 millions de fois depuis son lancement en Juillet ici 2016, Pokémon GO est un jeu de réalité augmentée qui projette des créatures imaginaires à capturer dans le monde réel. On a longtemps pensé que ce jeu pouvait augmenter l’activité physique et ainsi promouvoir la santé publique, car il incite à marcher. Mais ces allégations étaient fondées jusqu’alors sur des études de piètre qualité.Ainsi, des chercheurs de l’Université Harvard ont réellement voulu savoir si le jeu avait un effet réel sur l’activité physique des jeunes adultes américains. Ils ont mené en août 2016 un sondage en ligne auprès de 1182 participants, âgés de 18 à 35 ans, équipés d’un iPhone 6. Au total, 560 (47,4 %) ont déclaré jouer à Pokémon GO au niveau 5 ou plus, qui est globalement atteint après avoir marché pendant environ 2 heures. Les données ont été analysées à partir du nombre de pas enregistré automatiquement à partir des iPhone des participants et utilisés pour estimer les changements d’activité physique après l’installation du jeu.Les résultats montrent que le nombre de pas moyens par jour durant la première semaine d’installation de l’application a augmenté de 955 pas supplémentaires (soit environ 11 minutes de marche par jour en plus). Ramené à une semaine, ce gain correspond à la moitié de la recommandation d’activité physique hebdomadaire prônée par l’Organisation mondiale de la santé. Mais les semaines suivantes, on observe une réduction progressive du nombre de pas supplémentaires et après 6 semaines, on ne note plus aucune influence sur l’activité physique. Ces résultats restent les mêmes, quels que soient l’âge, le sexe, la race, le statut pondéral et la zone de résidence.Pour les auteurs, “Nos résultats indiquent que l’impact sur la santé des Pokémon GO pourrait être modéré. Même si de petites quantités d’activité physique peuvent impacter sur la santé, l’augmentation de l’activité physique liée à Pokémon GO, comme avec beaucoup d’autres interventions de ce type, n’est pas durable“. Cependant, ils restent optimistes. Dans une vidéo d’accompagnement, auteur principal Eric Rimm, déclare : “Ces résultats sont très excitants, ils montrent que sur une période de 6 semaines, nous pouvons réellement augmenter l’activité physique, nous avons juste besoin d’être plus créatifs pour amener les gens à maintenir une bonne activité physique“.Enfin, ils ajoutent que l’effet de Pokémon GO sur l’activité physique des enfants pourrait être différent, et qu’il pourrait y avoir d’autres avantages potentiels associés au jeu, comme une augmentation de la sociabilité et une amélioration de l’humeur.Click Here: Fjallraven Kanken Art Spring Landscape Backpacks

0 thoughts on “Pokemon GO fait bouger… mais pas plus de 5 semaines”

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *