L'OMS déconstruit les idées reçues concernant le COVID-19

La France entame son troisième jour de confinement. Dans l’objectif d’enrayer la progression d’épidémie du Covid-19 qui sévit dans le pays, le gouvernement impose aux habitants de l’Hexagone de limiter un maximum leurs déplacements et de sortir munis d’une attestation sur l’honneur. Si ces mesures s’avèrent contraignantes, elles sont surtout nécessaires pour la sécurité de tous et de toutes.

Sommaire

  1. L’épidémie continue de progresser
  2. Double peine pour les soignants
  3. Période de confinement prolongée ?

4095. C’est le nombre d’amendes pour non-respect du confinement déclarées par le gouvernement depuis la mise en vigueur de la période de confinement général visant à freiner la propagation de Covid-19 sur l’ensemble du territoire français.Depuis mardi, 12h, les personnes qui sortent de leur domicile sans attestation sur l’honneur ou professionnelle justifiant un déplacement selon un motif précis (achats de première nécessité, garde d’enfants, aide à une personne vulnérable, exercice physique, trajet vers le lieu de travail) s’exposent à une amende forfaitaire de 135 euros, pouvant être majorée à 375 euros.Or, un nombre de Français et de Françaises semble faire fi de ces mesures et braver les interdictions :  invité du journal de 20 heures de TF1 mercredi 18 mars, le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner a évoqué 4095 procès-verbaux dressés en l’espace de 24 heures dans l’ensemble de l’Hexagone. 
“Globalement, les Français sont responsables et ont changé leur comportement mais il reste des comportements marginaux, mais dangereux”, a estimé le ministre de l’Intérieur.
Ces mesures, angoissantes pour certains et frustrantes pour un plus grand nombre, notamment au vu de la météo printanière qui se profile, sont toutefois cruciales pour la santé de chacun et indispensables pour inverser la courbe épidémique. L’épidémie continue de progresser
Au cours de ces dernières 24 heures, 89 personnes sont décédées du Covid-19 et 3.626 malades sont hospitalisés, dont 921 en réanimation. Le nombre de nouveaux cas double désormais chaque jour. La moitié des patients en réanimation ont “moins de 60 ans”.  
Le contact entre individus augmente très fortement les risques de propagation du virus, qui se transmet principalement par la projection de gouttelettes lors de face à face entre personnes situées à moins d’un mètre l’une de l’autre ou par contact physique avec les mains.
Sortir dans la rue et poursuivre ses activités quotidiennes en dépit des mesures de restriction imposées par le gouvernement revient donc à mettre non seulement sa santé en danger, mais également celles des autres, notamment celle des populations les plus vulnérables au virus (personnes âgées et individus atteints d’une pathologie chronique cardiaque ou respiratoire).  Double peine pour les soignants
Depuis le premier jour de confinement, une jolie initiative a vu le jour un peu partout en France : chaque soir à 20h, les habitants de l’Hexagone se postent sur leur balcon et applaudissent en chœur pour rendre hommage à l’ensemble du personnel médical en cette période compliquée d’épidémie.
Rester chez soi le plus possible et respecter les distances de sécurité (un mètre entre chaque individu) est toutefois la meilleure manière de saluer leur travail : plus l’épidémie progresse, plus le risque de saturation des hôpitaux s’accroît, et donc la charge de travail du personnel hospitalier augmente. Car les patients atteints de coronavirus ne sont évidemment pas les seuls pris en charge à l’hôpital. Sans compter que le risque de contamination au virus s’avère élevé pour les soignants.  Période de confinement prolongée ?Dans son allocution du mardi 16 mars, le président de la République Emmanuel Macron a annoncé une période de confinement total en France d’au moins 15 jours.Toutefois, cette période risque fortement de se prolonger, comme l’a expliqué ce jeudi au micro de France Info Geneviève Chêne, directrice générale de l’agence sanitaire Santé publique France.”Il est trop tôt aujourd’hui pour pouvoir affirmer quoi que ce soit sur la dynamique de l’épidémie en France. Mais si l’on se fie à l’exemple de la Chine, l’inversion de la courbe interviendrait “autour de mi-mai/fin mai”, a-t-elle déclaré.Click Here: camiseta boca juniors

0 thoughts on “L'OMS déconstruit les idées reçues concernant le COVID-19”

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *