Faut-il craindre l'arrivée de la redoutable "grippe australienne" ?

Aujourd’hui, le vaccin se montre efficace contre l’épidémie de grippe, mais certains experts craignent l’arrivée d’un second pic épidémique avec un virus muté en provenance d’Australie, où il a fait des ravages. Si cette "grippe australienne" arrivait en France, le vaccin serait alors peu efficace.

En Australie, le vaccin n'a été efficace qu'à 10% à cause d'une mutation tardive du virus grippal.

Le vaccin efficace contre le virus grippal qui circuleSelon le dernier

Bulletin hebdomadaire sur la grippe, l’épidémie est cette année particulièrement forte. Elle touche toutes les régions métropolitaines et arrive plus tôt que l’an dernier.La semaine dernière, 11 462 cas personnes sont passées aux urgences pour un syndrome grippal, dont 1251 ont été hospitalisés. Les moins de 15 ans sont particulièrement touchés (49% des cas). La semaine dernière, 165 cas graves ont été admis en réanimation, 434 depuis le 1er novembre.En France, c’est la grippe A qui est la plus présente (77% des prélèvements en médecine ambulatoire et 73% des prélèvements hospitaliers), contrairement au reste de l’Europe où la souche B domine.Et selon les premières données, la majorité des cas de grippe sont dus à la souche virale A “Michigan” H1N1. Une souche contenue dans le vaccin 2017-2018 dans lequel elle est associée à la souche A “Hong-Kong” H3N2 et la souche B “Brisbane”.Selon les autorités de santé, l’incidence des syndromes grippaux devrait continuer à augmenter les prochaines semaines. La meilleure protection contre la grippe reste le vaccin et il est encore temps de se faire vacciner.Face à un vaccin inefficace, la “grippe australienne” a fait des ravagesDans l’hémisphère Sud, ce même vaccin a été utilisé avec une efficacité réduite. Dans un

commentaire publié dans le New England Journal of Medicine, des infectiologues australiens et américains montre que les nombre de cas évalué à la mi-octobre était de 215 280 contre 59 000 habituellement, avec également un nombre de décès nettement plus élevé.Cette très forte épidémie s’explique par le fait que la souche A H3N2 avait muté (une mutation sur l’hémaglutinine) entre le moment où le vaccin a été produit et la survenue de l’épidémie. Résultat : le vaccin n’est efficace qu’à 10 % contre cette souche A “australienne” H3N2.Face à cette crainte (et même si le virus n’est pas dominant aux Etats-Unis), les autorités sanitaires américaines ont

appelé les médecins à recourir à des traitements antiviraux à toutes les personnes à risque ou hospitalisées dès les premiers signes d’infection, voire en prévention pour certaines classes d’âge, du fait de la prédominance de la souche A H3N2.La crainte d’une deuxième épidémie de grippeAujourd’hui, cette souche australienne circule très peu en France. Mais la principale crainte est de voir arriver un second pic épidémique avec cette souche, en provenance notamment de Grande-Bretagne où elle est déjà très présente.Rappelons cependant que la succession de deux pics épidémiques AH1N1 suivi de AH3N2 reste peu probable. Elle dépendra de conditions climatiques particulières (un air froid et sec permet une circulation plus longues des aérosols contenant des particules virales) et de l’observance des mesures de prévention telles qu’elles sont diffusées par les autorités de santé. A ce titre, il reste important d’adopter les gestes permettant de

limiter la propagation et d’éviter la grippe.


Le virus de la grippe est souvent imprévisible et l’observation des souches détectées en France permettra de savoir si un deuxième pic épidémique est à craindre. Pour éviter, traiter ou

se remettre plus vite d’une grippe, découvrez nos conseils dans notre

dossier spécial.

Click Here: Cheap FIJI Rugby Jersey

0 thoughts on “Faut-il craindre l'arrivée de la redoutable "grippe australienne" ?”

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *